Théâtre d’ombre et d’objets : la brico-luminologie

Premiers pas en brico-luminologie

En juin dernier, je vous avais présenté quelques exemples de sculptures d’ombres.

J’ai omis volontairement le théâtre d’ombre, qui pourrait faire partie de cette catégorie, mais qui est si vaste qu’il mériterait un article entier (prochainement peut-être…). A la frontière, se situe le théâtre d’ombres et d’objets, entre la marionnette et la sculpture animée.

C’est la réalisatrice Ingrid Chikhaoui qui m’a, un jour, donné l’occasion d’expérimenter cette « discipline » : dans son court-métrage Un kilo de plume, l’un des personnages construit un paysage fantasmagorique à partir d’objets divers. J’ai eu la chance de m’éclater à élaborer ce petit décor multicolore et animé (qu’il a quand même fallu remonter 3 fois pour les besoins du tournage…)

L’ingénieur brico-luminologue

Ce n’est que plus tard que j’ai découvert un artiste dont le talent n’a d’égale que sa modestie, sa discrétion et sa simplicité. C’est une de ses principales qualités : fabriquer des œuvres éphémères extraordinaires avec des objets du quotidien. Il pousse l’humilité jusqu’à s’attribuer un pseudonyme peu flatteur  : FLOP.

Je veux ici parler de Philippe Lefebvre, artiste-chercheur en « brico-luminologie » tel qu’il se définit lui-même.

J’ai eu la chance de voir son spectacle Dal-Vivo en 2015, alors que je sortais à peine de la maternité ! (en tant que maman bien entendu 😉 ) Il a semblé un peu gêné que je lui témoigne toute mon admiration…

Né en 1966, dans les Ardennes,  Philippe Lefebvre étudie à l’
Écoles d’art d’Alençon et des Beaux arts d’Angers de 1981 à 1988. 
En 1984, il 
fonde avec ses compères le Groupe ZUR qui travaille, depuis,  à la croisée des chemins qui font se rencontrer la peinture, le cinéma, le son, le jeu, la lumière, la danse… en élaborant des installations – spectacles in situ. Vous avez peut-être eu l’occasion de les voir lors des Nuits Blanches de Paris ou fêtes de lumières diverses.

Parallèlement à cet engagement dans le groupe ZUR,
 poursuit ses recherches de “brico-luminologie” en collaborant avec d’autres groupes et compagnies (Lili désastres, 
Skappa, 
Aben Dans,Les souffleurs de rêves, 
O.P.U.S, Vélo Théâtre…) ou bien en solitaire : avec les spectacles-installations : Heureuses lueurs, 
Dal Vivo !, 
Ateliers sur la lumière

Quelques verres à pied, une carafe, un miroir, une assiette en verre, du papier d’aluminium, une chandelle, une lampe montée sur un chariot automatique projetant successivement sur le mur les ombres et les reflets de tout ce petit bazar de boîte à musique cliquetant et ronronnant… et Flop parvient à recréer un petit univers magique et mystérieux, dont on observe toutes les ficelles, et pourtant qu’on n’arrive pas toujours à expliquer, tant les illusions sont subtiles.

Un évènement à ne pas manquer

Il ne reste plus que deux jours (jusqu’au 3 septembre) pour les Rennais pour se précipiter à son exposition Tous les trains sont des horloges, aux Champs Libres.

Sur un rail, deux ampoules, dans un va-et-vient intermittent, font apparaître sur le mur la “radiographie” poétique d’objets et de vêtements semblant s’être échappés d’une valise.
Ombres, reflets, couleurs et transparences s’agencent en un grand tableau panoramique en mouvement qui témoigne d’un voyage.
Selon la vitesse de la lumière, nous passons de l’étourdissement, de l’abstraction à la contemplation d’un paysage éphémère défilant sous nos yeux.

Suivant que notre regard se pose sur la radiographie murale ou que notre attention se porte sur les objets épars de la scène, de multiples points de vue s’offrent à nous ; une multiplicité d’histoires se révèle dans notre intime chambre noire.
Au fur et à mesure des allers-retours, un récit prendre forme dans lequel s’esquisse peu à peu le portrait des propriétaires de cette valise.

Avec Travel-lllling, la vitesse nous rappelle la nécessité de ralentir pour pouvoir découvrir.

 

Pour info, Le Groupe ZUR ouvre grand les portes de son JARD’IN à l’occasion de la seconde édition de l’Open ZUR.

Rendez-vous aux Fresnaies, à St-Barthélémy d’Anjou :

vendredi 1er septembre à partir de 19 heures,
et samedi 2 septembre à partir de 15 heures.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *